retour

A bon chat, bon rat. (se dit quand celui qui attaque trouve un antagoniste capable de lui résister.)

Abondance de biens ne nuit pas. (on accepte encore, par mesure de prévoyance, une chose dont on a déjà une quantité suffisante.)

A bon entendeur, salut.

A chaque jour suffit sa peine. (supportons les maux d'aujourd'hui sans penser par avance à ceux que peut nous réserver l'avenir.)

A cheval donné, on ne regarde pas à la bride.

A force de forger, on devient forgeron.

Aide-toi, le ciel t'aidera.

A la guerre comme à la guerre.

A l'impossible nul n'est tenu. (on ne peut exiger de quiconque ce qu'il lui est impossible de faire.)

A l'œuvre on connaît l'artisan. (c'est par la valeur de l'ouvrage qu'on juge celui qui l'a fait.)

A menteur, menteur et demi.

Après la pluie, le beau temps. (la joie succède souvent à la tristesse, le bonheur au malheur.)

A quelque chose malheur est bon. (les événements fâcheux peuvent procurer quelque avantage, ne fût-ce  qu'en donnant l'expérience.)

A tout seigneur, tout honneur. (il faut rendre honneur à chacun suivant son rang.)

A trompeur, trompeur et demi.

Au besoin, on connaît l'ami.

Au chant, on connaît l'oiseau.

Au danger on connaît les braves.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. (avec un mérite, un savoir médiocre, on brille au milieu des sots et des ignorants.)

Autres temps, autres mœurs. (les moeurs changent d'une époque à l'autre.)

Avec des si, on mettrait Paris dans une bouteille. (avec des hypothèses, tout devient possible.)

A beau mentir qui vient de loin. (celui qui vient d'un pays lointain peut, sans craindre d'être démenti, raconter des choses fausses.)

A bon vin point d'enseigne. (ce qui est bon se recommande de soi-même.)

A coeur vaillant rien d'impossible. (avec du courage, on vient à bout de tout.)

A la Chandeleur, l'hiver se passe ou prend vigueur. (si le froid n'est pas fini à la Chandeleur, il devient plus rigoureux qu'auparavant.)

A la Sainte-Luce, les jours croissent d'un saut de puce. (les jours commencent à croître un peu à la Sainte-Luce , 13 décembre.)

A méchant ouvrier, point de bon outil. (le mauvais ouvrier fait toujours du mauvais travail, et met ses maladresses sur le compte de ses outils.)

A père avare, enfant prodigue; à femme avare, galant escroc. (un défaut, un vice fait naître autour de soi, par réaction, le défaut ou le vice contraire.)

Autant en emporte le vent. (se dit en parlant de promesses auxquelles on n'ajoute pas la foi, ou qui ne sont pas réalisées.)

Aux grands maux les grands remèdes. (il faut prendre des décisions énergiques contre les maux graves et dangereux.)

A vieille mule, frein doré. (on pare une vieille bête pour la mieux vendre; se dit aussi de vieilles femmes qui abusent des artifices de la toilette.)